Pascale Touré-Leroux

Pascale Touré-Leroux

Quelques mots d'un nouveau livre...

Moi, dans ma belle France, j'ai connu des automnes d'une tiédeur royale, des hivers glacés, des printemps et des étés radieux. C'était il y a longtemps, avant les changements climatiques, avant la monstruosité des hommes qui tuent la terre dans un empoisonnement lent et sordide. Industries, croissance, profits, rien n'arrête l'homme... C'était il y a longtemps, c'était mon enfance, aux accords de Vivaldi, aux couleurs naïves des maîtres Brueghel. C'était mon enfance. Pas seulement à cause des bouleversements climatiques, à cause aussi du temps qui a passé, à cause des blessures et des tourments qui l'ont suivie, mon enfance est mon paradis perdu, la cité radieuse engloutie, que j'évoque dans ma mémoire, comme on raconte des légendes de royaumes prospères et radieux disparus à tout jamais.Des héros imaginaires pourfendent les montagnes pour tenter de les ressusciter, de retrouver leurs traces sur la surface de la terre. Des traditions orales font renaître la magie des accouplements et des enfantements des éléments premiers dans des rites ancestraux qui donnent aux hommes la force, la dignité de vivre, d'exister...Mystère des origines, légendes vivantes, dont l'humanité ne peut se passer. Mystère de mes origines, reviviscence de mon paradis lointain par mes souvenirs, par les mots que je te livre, lecteur. Qui n'a jamais versé de larmes, qui n'a jamais souri, qui n'a jamais été submergé par l'émotion devant une vieille photo jaunie, un portrait ou des lieux anciens?



29/09/2012
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour