Pascale Touré-Leroux

Pascale Touré-Leroux

Et maintenant en mai...

.....je suis à nouveau "tenaillée" par l'"obsession" de l'écriture ( le terme est de Annie ERNAUX). De longs mois d'un printemps pluvieux qui ont filé tout de même à toute allure entre les impératifs de la vie quotidienne - cette fameuse nécessité de l'artiste de gagner sa vie en prenant tous les jours le train et le métro pour aller travailler, rentrer le soir, faire son repas, les courses,trouver le temps de  s'instruire tout de même  de l'actualité du monde- sans oublier, il faut l'avouer, des moments de "relâchement", une certaine immobilité même dans la tête, et d'autre part l'action par à coups dans un collectif de soutien à des familles roms installées sur ma commune depuis avril 2010, menacées d'expulsion en septembre 2011, et à nouveau ce mois-ci, les aimer, célébrer les fêtes avec eux, les accompagner dans un début d'intégration citoyenne...tout cela prend du temps et du coeur...

Là, maintenant, envie de fuir quelques jours la banlieue grise, d'aller respirer en Baie de Somme, à deux heures de la banlieue Nord de Paris, les senteurs de la vase triturée par les mouettes-j'entends déjà leurs cris affairés autour des bateaux de pêche-du vent et des hautes herbes dans les dunes. Le temps n'est pas prometteur, mais qu'importe, manger des moules et des rillettes de poisson, entre deux ondées marcher sur le rivage,s'il pleut trop se réfugier dans un bistrot du port du Crotoy, et si le soir est tranquille, peut-être la surprise heureuse du soleil couchant faisant miroiter avec calme et splendeur ses gris, ses verts,ses déclinaisons d' ors , ses gammes de bleutés et d'argents doux sur la baie vaseuse qui s'étire jusqu'à Saint-Valéry-en Somme, en face, jusqu'au phare du Hourdel.

A la terrasse d'un bistrot ou dans ma chambre d'hôtel, je vais faire jaillir des mots, des émotions, des souvenirs - à nouveau-, sur du papier ou sur l'ordinateur.Je veux retourner dans mon enfance, et puis remonter jusqu'à mes origines, les miens, d'où ils viennent, qui ils ont été, pour dire d'où je viens, ce que je suis, où je vais et continue d'aller, forte des joies de mon enfance et de ma lignée.

De retour de Baie de Somme, je te confierai, lecteur, quels furent mes balbutiements...



09/05/2012
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour